L’AGRICULTURE URBAINE AU CENTRE DE LA COOPERATION ENTRE LES DEUX RIVES DE LA MEDITERRANEE

Devant la disparition progressive des frontières entre les milieux urbains et ruraux, les villes deviennent durables ce qui implique, parmi d’autres idées, d’accroître les espaces dédiés et les activités de production agricole dans les villes.

En 2018, le projet Interreg MED MADRE (Métropoles et Agricultures Durables pour des Relations Equitables) lançait sa plateforme web interactive Agri-Madre pour recenser les différents acteurs, les projets, les ressources et les évènements sur l’agriculture métropolitaine en Méditerranée dans 6 métropoles : Barcelone, Montpellier, Marseille, Bologne, Thessalonique et Tirana, en Albanie. 

Cette plateforme permet de mettre en relation les acteurs et les territoires, soit de manière virtuelle grâce à des outils interactifs en ligne, soit de manière physique lors d’événements internationaux. Serres sur les toits, marchés agricoles bio, ferme agroécologique à la périphérie de Tirana : les projets sont multiples et variés.

Un réseau transnational a été créé à ce sujet afin de répandre le concept et renforcer l’innovation de l’agriculture métropolitaine.  

Chaque partenaire du projet, provenant de chacune de ces six métropoles, a tout d’abord été chargé de mener une enquête auprès des structures de son territoire, afin de partager les projets d’agriculture métropolitaines jugés innovants. Ces projets ont été rassemblés dans un  Catalogue des bonnes pratiques de l’agriculture métropolitaine.

La création de potagers urbains n’est pas la seule bonne pratique, les défis de l’agriculture urbaine vont bien au-delà. Il faut considérer ces activités comme un moyen d’inclusion de populations urbaines vulnérables ; mais aussi comme une façon de développer et renforcer des circuits de distribution de produits frais à proximité, à des prix plus accessibles et de booster l’emploi local, entre autres bénéfices. 

Les partenaires du projet pensent qu’il pourrait être pertinent d’étendre le travail mené dans les six métropoles  à l’ensemble  du territoire méditerranéen, rive sud y compris. Peut-être cela sera-t-il rendu possible grâce à la labellisation par l’Union pour la Méditerranée de la Communauté Green Growth, à laquelle le projet MADRE appartient.