Protéger la biodiversité méditerranéenne du tourisme: un défi commun pour nos projets !

La région méditerranéenne attire de nombreux touristes en raison de la richesse de ses paysages et de sa biodiversité. Malheureusement, ce succès a un impact négatif sur l'environnement naturel et culturel, affectant directement les écosystèmes et la vie des habitants locaux. 

Afin de réduire l'impact du tourisme sur la biodiversité, deux communautés Interreg MED regroupant 41 projets; les communautés Sustainable Tourisme et Biodiversity Protection, ont travaillé main dans la main pour plus de gouvernance et d'efficacité. Ensemble, elles ont récemment participé au Congrès mondial de la nature de l'UICN qui s'est déroulé début septembre à Marseille pour présenter les résultats de leurs projets et sensibiliser aux défis qui nous attendent. 

Les deux communautés ont eu l'occasion de mettre en avant certaines des meilleures pratiques des 28 projets Interreg MED travaillant sur des solutions pour réduire la pression des activités sectorielles sur le tourisme et pour augmenter la résilience des écosystèmes

Par exemple, Stéphanie Oudin, a expliqué le travail de son projet (POSBEMED2) sur la protection de l'algue Posidonia sur la côte méditerranéenne. En effet, alors qu'elle peut servir de banque de semences pour la formation de dunes, augmentant ainsi la résilience globale de la côte aux effets naturels et au changement climatique, elle est souvent retirée pour rendre les plages plus attrayantes pour les touristes. Le projet vise à sensibiliser le public pour montrer que non seulement les algues ne sont pas sales et ne sont pas un signe de pollution, mais aussi pour démontrer les avantages de ce capital naturel et la nécessité de renforcer les capacités de gestion des zones protégées.

Pour sa part, Thomais Vlachogianni, du projet PlasticBusters MPAs, a expliqué les actions pilotes qui sont mises en place pour réduire la pollution plastique en Méditerranée. Par exemple, les entreprises hôtelières de quatre aires marines protégées (le parc marin national de Zakynthos en Grèce, le parc paysager de Strunjan en Slovénie, le parc naturel du delta de l'Ebre et le parc national de Cabrera en Espagne) se sont engagées à mettre en œuvre des pratiques visant à remplacer les plastiques à usage unique, telles que la mise en place d'un système de distribution de gobelets réutilisables pour les bars de plage dans le parc marin national de Zakynthos.

Toutes les solutions et contributions harmonisées proposées par la communauté Biodiversity Protection sont rassemblées sur la plateforme de diffusion des connaissances qu'elle a développée. Son objectif est de donner une visibilité aux méthodologies efficaces, aux résultats clés des projets et aux actions en faveur de la protection de la biodiversité.  

Le congrès de l'UICN a également été l'occasion pour Dania Abdul Malak, du Centre thématique européen de l'Université de Malaga, de présenter le travail de la communauté Biodiversity Protection, en particulier le rôle des solutions basées sur la nature (NbS). Ces solutions durables, très populaires parmi les acteurs de la conversation sur la nature, promettent de faire face aux défis de l'atténuation et de l'adaptation au changement climatique. Elles peuvent aller de la création d'espaces verts et d'infrastructures vertes dans les villes à la restauration d'un système de dunes côtières ou au développement de techniques d'agriculture adaptative dans les terres agricoles.

Le congrès a montré que la coordination entre toutes les parties prenantes est essentielle dans les années à venir pour atténuer les conflits entre les questions de préservation et les questions économiques.

 

 

Les déchets marins sont un exemple de problème pour lequel il n'existe pas de "solution unique". Cela nécessite une combinaison d'efforts multipartites et multisectoriels à travers les nations et les domaines d'activité afin de le traiter de façon efficace.

 Thomais Vlachogianni de MIO - ECSDE, projet Plastic Busters MPAs

Le futur Interreg MED veillera à aller dans ce sens, en associant des communautés qui travaillent ensemble pour améliorer leurs résultats. Plus précisément, le tourisme durable sera abordé de manière transversale dans toutes les priorités du Programme afin d'aider les régions concernées à pratiquer une gouvernance du tourisme qui permette des améliorations continues de la durabilité environnementale, sociale et économique, qui augmente la compétitivité par la qualité et les innovations et qui assure la mise en œuvre et le suivi des stratégies et des politiques.

En outre, le Programme Interreg Euro-MED 2021-2027 permettra une meilleure coordination avec les acteurs clés de la zone méditerranéenne, et notamment l'initiative WestMed, l'Union pour la Méditerranée, les programmes Interreg comme ADRION, Next-MED, Interreg Italie - France, entre autres, ainsi que les stratégies macro régionales : EUSAIR et EUSALP.

Dans un souci de coordination, le Programme Interreg MED participera au financement du forum des AMP méditerranéennes organisé par MEDPAN à Monaco du 29 novembre au 1er décembre 2021. Ce sera l'occasion de réunir la communauté élargie des AMP, notamment les gestionnaires, les décideurs politiques, les scientifiques, les acteurs 

économiques, les organisations régionales et internationales, les ONG et les bailleurs de fonds de tous les pays méditerranéens et au-delà, pour faire le point sur l'état actuel des AMP et partager une vision sur les défis prioritaires à relever en Méditerranée dans les années à venir.